Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'oiseau bleu

Articles avec #poesie non classee

Ô peuple de liberté : Christian Rabussier

18 Janvier 2015, 13:58pm

Publié par christian rabussier

 Ô peuple de liberté


Ô peuple meurtri
Ne vous laisser pas abattre
Ô peuple Français
Pays de la liberté.


Ne prenez pas vos armes, 
seulement vos crayons.
Dessinez, écrivez votre vérité.


Ô peuple du monde
réunissez-vous
En vous serrant les coudes.
Ô peuple blessé


N'ayez plus peur 
de votre différence
Faites que l'amour
Soit plus fort que la haine.


Soyez Charlie.


Christian Rabussier
18 janvier 2015
en souvenir de l'attentat du 7 janvier 2015

Photo de la marche républicaine de 11 janvier 2015

Photo de la marche républicaine de 11 janvier 2015

Voir les commentaires

Un homme parmi les autres : Christian Rabussier

9 Avril 2014, 22:28pm

Publié par christian rabussier

 

J'ai voulu écrire ce texte pour parler de la discrimination sociale, raciale et sexuelle. Oui nous sommes tous pareils. Un jour dans votre vie vous serez trahi, rejeter. Alors pourquoi à votre tour rejeter celui qui peut être votre ami.

 

 

Un Homme parmi les autres

 

Je suis comme toi, tu es mon double

Le reflet de ton miroir que tu refuses de voir

Pourtant je suis un homme parmi les autres.

Pourtant je suis un homme parmi les siens.

 

Accepter notre différence, sans doute notre chance.

De se connaître de se comprendre.

Accepter notre ressemblance, de se retrouver en face,

De se retrouver, de se reconnaître.

 

Ce hasard, cette rencontre que la vie nous octroye

N’est pas sans raison. Mais un jour tu comprendras.

Un jour tu seras, à ton tour rejeté, humilié

Un jour tu seras trahi par tes amis, Pourtant

 

Tu seras un homme parmi les autres,

Un homme parmi les siens

Pourtant, A ton tour, ne les rejettent pas car,

Un jour ils comprendront, car

 

Tu es un homme parmi les autres,

Un homme parmi les siens

 

N'ai pas peur de dire ce que tu penses

Tu es un homme libre

Même si  tu n'as pas les mêmes idées,

Vient t'exprimer

 

C'est ainsi qu'on avance !

 

N'importe la couleur de ta peau,

Ou la couleur de ton amour.

Vient dessiner l'espoir

Vient réécrire l'histoire.

 

Car Nous sommes des hommes parmi les autres

Des hommes parmi les siens

 

Christian RABUSSIER

2013

 

Sophie et Christian Rabussier

Sophie et Christian Rabussier

Voir les commentaires

L'artiste : Christian RABUSSIER

21 Novembre 2012, 21:57pm

Publié par christian rabussier

L’artiste

 

Tu insistes, tu persistes

A vouloir changer le monde,

Tu es toi l’artiste

Ce rêveur créateur

Magicien des mots,

Chanteur De rue.

Ô toi troubadour

Artisan du plaisir

Tu attises

Nos rêves, une allumette

Ravive notre vie.

Toi l’artiste, cet idéaliste, perfectionniste

Aux idées neuves.

Tu chasses la réalité,

Et partages tes visions

D’illusionniste.

Sur scène tu existes

Nul besoin de projecteur

Car c’est ta lumière

Qui nous éclaire.

Toi, le danseur, le provocateur,

Tu brasses l’air pour changer

L’atmosphère.

Ton corps agile dessine l’espérance.

Ta force est dans la danse.

Ô toi artiste,

Si un jour tu hésites

A monter sur la piste

Penses à nos rêves

Qui sommeillent dans notre être

Car ta passion c’est ta raison d’être.

 

20-11-12

 

Tous droits réservés

Christian Rabussier

Voir les commentaires

Le blues du Balayeur

15 Octobre 2012, 22:51pm

Publié par christian rabussier

clamecy 5

 

Le blues du balayeur


 

Aujourd’hui c’est l’automne, Les amours tourbillonnent, Elles nous abandonnent

Les yeux dans le brouillard, J’avance dans le noir

Là où, le doute  et la pénombre se donnent.

Ce soir, j’ai le blues du balayeur, j’erre dans cette ruelle, où la nuit m’interpelle.

Seul, j’écoute les murs de ces maisons. Ils me racontent ces histoires d’amour.

Oui, même les pierres ont un cœur, une raison. Ecoute, je les entends vibrer.

Ce soir, j’ai le blues du balayeur, j’erre dans cette ruelle, où le doute m’interpelle.

Assis sur la marche d’un escalier, des mots ancrés dans les pavés.

Incrustés dans ce mortier, viennent en moi. Se projeter sur mon cœur.

Ce soir, j’ai le blues du balayeur, j’erre dans cette ruelle, où je ramasse à la pelle.

Des souvenirs effacés. Je récolte des rêves perdus.

Les baisers volés, les actes manqués. Restés à terre, simples poussières.

Dans les pavés creusés sont restés chus.

Des larmes sèches coulent en poussières. Lourdement tombent à terre.

Un son de tambour résonne sur les pavés. Un amour vient de s’écraser.

Ce soir, j’ai le blues du balayeur. J’erre dans cette ruelle. Ô amour cruel.

Les murs témoin de notre amour, ont connu la paix la violence.

Les jours de fête, le silence.

Oui, ce soir, j’ai le blues du balayeur, aujourd ‘hui  c’est l’automne,

Je pleure mes blessures enfouies.

Demain balayeur, tu pourras à ton tour balayer,

Mes larmes sèches tombées en poussières.

 

Christian Rabussier

Tous droits réservés 2012

 

Voir les commentaires

L'artiste : Philippe Touchain

15 Juin 2012, 22:04pm

Publié par christian rabussier

L''artiste

 

Son regard flou

Perdu parmi les anges

Nous semble étrange

Et lui donne un air fou

Qui n'est pas qu'apparent,

car fou, il est vraiment :

Il nous est différent

Du fond de son tourment.

 

Fou il faut l'être encor

pour laisser les autres, partir

En son propre décor

Frêle refuge où se blottir ;

Où inventer

Un monde tout en rêves,

Et le prêter

Aux hommes et leurs glaives

Qui l'enseveliront

Sous leurs âpres critiques

ou bien le détruiront

de leurs folles logiques.

Fou il faut l'être aussi

Pour être autant idéaliste

Que l'homme que voici :

 L'artiste

 

 

Philippe Touchain

Feux en spirale

 

Voir les commentaires

La cigale et la fourmi: poésie Jean de la Fontaine

10 Octobre 2011, 10:17am

Publié par christian rabussier

La cigale et la fourmi

 

La cigale ayant chanté

Tout l'été, 

Se trouva fort dépourvue

Quand la bise fut venue :

 

Pas un seul petit morceau

De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crié famine 

Chez la fourmi sa voisine,

La priant de lui prêter

Quelques grains pour subsister

Jusqu'à la saison nouvelle.

"Je vous paierai lui dit-elle,

Avant l'Aout, foi d'animal,

Intérêt et principal."

La fourmi n'est pas prêteuse :

C'est là son moindre défaut.

"Que faisiez-vous au temps chaud ?"

Dit-elle à cette emprunteuse.

- Nuit et jour à tout venant

Je chantais, ne vous déplaise.

- Vous chantiez ? J'en suis fort aise :

Eh bien ! dansez, maintenant."

Voir les commentaires

poésie : Dans le ciel

19 Novembre 2010, 00:00am

Publié par christian rabussier

Dans le ciel

 Toutes les couleurs, tous les reflets

toutes les lumières, l’obscurité

sont dans le ciel.

 

Toutes les chansons, tous les oiseaux

toutes les prières, tous les drapeaux

sont dans le ciel.

 

Tous tes silences, tes rêves d’ange

la mer immense et le soleil

sont dans le ciel.

 

tous les orages, tous les mirages

et ce voyage, dans le sillage

des nuages….dans le ciel.

 

mais ces fusils, mais ces soldats

et les canons et les camions,  

et tout ce bruit et tous ces cris

 

mon rêve fuit

et mon regard

est dans le ciel

Voir les commentaires

poésie : conseil à un jeune poète

7 Juin 2010, 08:25am

Publié par christian rabussier

Voici un texte d'un de mes proches, le ton est amer,acide, mais tout à fait réel.
Et vous, vous en pensez quoi ?
Merci de vos remarques.

conseil à un jeune poète.
******************************
 

respecte les arbres, la forêt

sois économe, arrête de griffonner

des mots, de les mettre sur du papier,

ou sur un blog à la portée

de curieux qui bientôt

de lire tes textes, comme moi, seront  fatigués,

déçus par des écrits sans grand intérêt

faire les phrases belles, ce n’est pas à la portée

de ceux qui se disent poètes mais n’ont rien fait

d'autre que d’exprimer des sentiments

d’une piètre banalité.

on n’y croît pas, il ne te manque que le talent

 

l’affaire est bien triste, évite de gâcher …

respecte les arbres, la forêt

sois économe, arrête de griffonner.

 

Tout a déjà été

dit, écrit, tu n’es pas le premier

tu n’as rien inventé.

les gens pour te lire ne vont pas payer.

s’il y a le rêve, la réalité tout autre

va te rattraper, tu seras déçu, tu en voudras

à la terre entière de ta médiocrité.

 

par une indifférence polie, je veux réagir

à ta sinistre folie qui te fait me haïr.

de ce texte, n’en crois pas un mot,

passe outre, noircis encore des pages

l’avenir te donnera raison, il faut

aller voir au bout de ses mirages

vivre encore un peu et puis mourir.

 

si le talent existait, je m’en sera aperçu

si tu étais doué, je l’aurai su,

mais un fol espoir, n’a jamais déçu

il permet de croire à ce que l’on a jamais cru

de voir ce que l’on a jamais vu

tout en restant assis sur le trou de son c… !

 

être critique, pour démonter

ce que tu as peiné à bâtir

c’est d’une facilité qui me fait rougir

à présent je dois te quitter

moi aussi, je peux écrire…

 

de cette histoire, la moralité

c'est de la nature, des arbres des forêts

qu’il faut prendre soin et respecter

sois économe, arrête de griffonner !

 


Depuis l'écriture de ce texte j'ai publié mon premier ouvrage "un homme fragile" en 300 exemplaires,

 

 Sophie a été publiée à 450 exemplaires " Le jardin de mon Âme".

 

Moralité ne suivez jamais les conseils qu'on vous donne.

 

Mais bon, connaissant l'auteur de ce texte...

 

Allez griffoner vos feuilles blanches recyclées, et recto-verso s'il vous plait.

 

Et n'oubliez pas Sophie dédicacera son recueil "le Jardin de mon âme" à Dornecy (58530) dans l épicerie. de 10 h à 12 h.

 

A bientôt.

Voir les commentaires

les chemins de l'âme:Pierre Léon Cayeula

3 Juin 2010, 11:52am

Publié par christian rabussier

les chemins de l'âme

De ce chemin lointain, je connais le reflet,

Aimant du souvenirs, de flammes de la vie,

Le secret éternel de cette ombre infinie

Qui sisaille des jours, l'ivresse du passé.

 

Je bois à la lueur, de ce regain, l'effet,

Des miroirs languissants de la mélancolie,

Ecoutant du murmure enivrant de la pluie,

Le souffle tournoyant, de son état caché.

 

Le pas de ces éclats avive le mystère,

Des fleuves, des élans, de ce flot solitaire

Qui sculpte d'un soupir, l'oraison du couchant.

 

Je sème en l'horizon, la source, la tendresse,

Des visages, sans fin, de cet amour pesant, 

Qui traîne du soleil, une douce caresse.

 

 

Voir les commentaires

poésie : mémoire à grand père

5 Janvier 2010, 09:23am

Publié par christian rabussier

5xu7bc_th.gif
Mémoire à  grand père

 

Faire des phrases belles

choisir de jolis mots

ma muse sera celle

qui aura le plus beau

 

Que les idées fassent

comme des nuages dans

le ciel et s’effacent

au gré du vent

 

Tout est éphémère

la vie la plus tenace

se couche sous la mer

lorsque le soleil passe 

 

Il n’aime pas être dérangé

c’est un  vieux, avec des habitudes

à la porte ne viens pas sonner

déranger sa solitude

 

 

On remonte dans le temps

celui du grand-père Fernand

une vie pleine de projets

mais difficile et trop rude

 

Les guerres sont passées

il a fallu se battre assez

puis les temps sont venus

les vainqueurs, les vaincus

ont pris du repos mais le vécu

la famille, les enfants, la rue

l’usine, la société ont fait

de la vie de ces gens

usée par trop d’évènements…

 

                  ….que les couleurs deviennent rares

 

tout est triste ce soir

des gris et des noirs

les ombres sont habillées

 

la nature des couleurs avare

m’inquiétait assez

le soleil s’était couché

et ses yeux hagards,

sa vie dans l’obscurité

tout à coup a  basculé.



En mémoire de mon arrière Grand père que je n'ai jamais connu, ce texte n'ai pas de moi, mais c'est tout comme.

Tous droits réservés. 2010

Voir les commentaires

1 2 > >>