Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'oiseau bleu

petit bonhomme

6 Janvier 2010, 00:00am

Publié par christian rabussier

 Ce texte écrit en 1991 fut le premier à remettre en cause la race humaine. A cette époque j'avais vingt ans.



petit bonhomme


Petit bonhomme,
Tu veux garder ta freedom,
Mais t'as peur pour ta pomme.

                          Toi Zodiac,
                          Qui connait les hommes
                          Dis nous qui nous sommes
                          Des êtres au coeur de pierre
                          Qui s'amusent à la guerre !
                          L'esprit démoniaque.
                          De cette peur aphrodisiaque
                          Sert de matraque,
                          Afin de mourir sur le signe du Zodiac.

Moi, Angelo
J'ai honte d'être un homme,
En pensant qui nous sommes,
Bon homme tu veux être un homme.
Ou simplement jouer à l'homme.
Sinon cesse de grandir,
Si tu as peur de devenir,
Celui qui t'as fait souffrir.

                           Entre ciel et terre,

                           Le paradis de Lucifer                        
                           Où règne la violence
                           Qui déchire le silence !
                           Petit bonhomme,
                           Mais qu'est ce qu'un homme ?

Toi Lucifer,
Dis nous qui nous sommes
Des êtres pas plus hauts que trois pommes,
Des monstres sanguinaires.
Qu'avons nous fait de cette terre !
Qui ressemble à un cimetière !
Comment se taire devant cette misère !

                               Cette poubelle planétaire,
                               Dans un bel univers.
                               Entre ciel et terre.
                               Le paradis de Lucifer.
                               Le royaume de la chair.
                               Où règne la violence,
                               Qui déchire le silence


Rabussier christian, extrait d"un homme fragile", 

Tous droits réservés   
                        

Commenter cet article